Les loisirs intérieurs des ouvriers du XIXe siècle

Les ouvriers

Le cadre de vie de l'ouvrier, c'est l'usine. Il y passe dix à quinze heures par jour, treize heures en moyenne. Et si à cette durée de travail on ajoute le temps nécessaire au sommeil, aux trajets, aux repas, on remarque que les vingt-quatre heures sont presque entièrement occupées. Les ouvriers n'ont pas huit jours de repos dans l'année: il n'y a ni congés, ni jours fériés et le repos du dimanche n'est pas toujours respecté.

Cet emploi du temps ne laisse plus beaucoup de place pour le divertissement. De plus, les salaires bas limitent l'accès à de nombreux loisirs onéreux.
Enfin, ils n'ont pas les mêmes centres d'intérêt que les bourgeois du fait de leur moindre patrimoine culturel. Ils n'ont pas la chance de faire des grandes études ce qui les empêche d'apprécier les loisirs intellectuels comme les musées.
Ils préfèrent les plaisirs simples de la vie à la sophistication
Si l'on ne peut exclure que les ouvriers pouvaient s'inviter entre voisins en petit comité autour d'un verre ou d'un repas simple, ils ne pouvaient pas organiser de réception chez eux car leur logement très modeste ne comprenait qu'une salle pour toute la famille.

. Les temps modernes, de Charlie Chaplin

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site